Libère Ton Téton

En mars dernier, trois de mes photos se sont vu censurées sur Instagram : une femme aux seins nus, photographie d’Helmut Newton prise à la galerie éponyme à Berlin, une campagne de sensibilisation à la mammographie pour lutter contre le cancer du sein (une femme aux seins nus là aussi, avec le message suivant « cette femme a montré ses seins, elle a sauvé sa vie »), et enfin une photo de ma chambre d’hôtel au Pigalle avec un poster de Charlotte Gainsbourg lascive.

Quand ma première photo, celle d’Helmut Newton, a été censurée, ça m’a vraiment heurtée. Autant d’un point de vue artistique, que d’un point de vue féministe.

La censure m’a permis de me poser les bonnes questions et de prendre conscience que je ne serai jamais complètement chez moi sur Facebook et sur Instagram, alors qu’avec un blog, si. C’est un espace de liberté d’expression, de parole non bâillonnée, de démocratie, comme peut aussi l’être un podcast.

Ce billet n’a donc pas d’autre vocation que de me rappeler pourquoi j’ai créé ce blog : la liberté !

Je milite pour libérer le féminin sur les réseaux sociaux. Je milite pour un monde où je n’aurais plus besoin de flouter un téton sur une photo avant de la publier sur Instagram. Se battre pour la libération de la poitrine féminine sur les réseaux sociaux est un combat pour placer la Femme à la même place que l’homme dans le numérique, et par voie de conséquence, dans la vie tout court.

C’est donc avec délectation que je partage avec vous la photo par laquelle tout a commencé.

Montrons nos seins, métaphoriquement ou pas, pour faire évoluer les mentalités. Plus on en verra, plus les mentalités s’élargirons.

Un sein est attribut féminin, il peut être gros, menu, en pomme, en poire, maternel, sensuel, malade, reconstruit…. mais surement pas réduit à de la pornographie.
J’adore le propos de Genderless Nipples qui poste des photos en gros plan de tétons. Impossible de deviner le genre de la personne qui les détient. ça montre bien l’absurdité de la censure du téton féminin. 
J’aime aussi beaucoup de comptes féministes de dessinatrices comme Laura Berger dont les dessins ont résonné lors de la Marche des Femmes au lendemain des élections américaines, ou Priscila Barbosa, une brésilienne. Ou encore les petits accessoires malicieux de Coucou Suzette ou les poteries de Rosegrown… 

Total
2
Shares
Laisser un commentaire